La députée européenne Marie-Pierre Vieu, et son collaborateur Alexis Bonnargent (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

La députée européenne Marie-Pierre Vieu, et son collaborateur Alexis Bonnargent (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

La députée européenne Marie-Pierre Vieu est revenue sur les premiers dossiers de sa mandature au Parlement Européen. Des choix qui trouvent écho dans les Pyrénées.

Devenue députée européenne à la faveur de l’élection de Jean-Luc Mélenchon comme député de Marseille, Marie-Pierre Vieu est revenue sur ses premiers pas politique au cœur du Parlement européen.

Car les sujets débattus à Bruxelles et Strasbourg ne sont pas si éloignés des préoccupations quotidiennes des habitants des Hautes-Pyrénées, et de la vaste circonscription que la députée Front de Gauche doit couvrir. Entre l’ancienne région Aquitaine et l’actuelle région Occitanie Pyrénées Méditerranée, les départements sont nombreux et les dossiers importants.

En attendant l’ouverture de sa prochaine permanence parlementaire sur l’avenue de la Marne à Tarbes, Marie-Pierre Vieu est revenue sur les premiers dossiers européens présentés au Parlement.

A commencer par le glyphosate, qu’une grande enseigne de distribution a décidé de bannir de ses rayons, mais que l’Europe va conserver encore pendant quelques années. « En 2015, le Centre de recherche contre le cancer a qualifié le glyphosate de cancérogène probable pour l’homme. D’un point de vue sanitaire, il faut adopter le principe de précaution. Et sur un plan économique, il y a un vrai besoin de mutation pour l’agriculture, qui prend en compte la dimension de développement durable », explique la députée européenne qui n’était pas d’accord sur le délai accordé par le Parlement Européen.

Même position sur la question de la PAC, une part importante du budget de l’Union Européenne. « Il y a besoin de conserver le budget global mais en valorisant les petites unités, les circuits courts et l’agriculture verte – et pas seulement bio », ajoute Marie-Pierre Vieu.

D’autres sujets concernent le quotidien des Bigourdans comme de tous les Français. A commencer par les services publics comme ceux de La Poste. « Je vais soutenir les luttes en cours comme à Andrest où les élus et les citoyens se battent pour empêcher la fermeture d’heures de présence postale ; à Lourdes où deux postes étaient menacés ; mais aussi à Pierrefitte-Nestalas où ce vendredi à 10 heures une manifestation aura lieu contre la baisse du budget et donc de la qualité des services. »

Marie-Pierre Vieu veut également accompagner la demande du député PCF André Chassaigne pour une enquête parlementaire sur l’utilisation du CICE par le Groupe La Poste.

La libéralisation du secteur des concessions hydrauliques, qui concerne les barrages et les centrales dans les Pyrénées, mais aussi la question des transports à travers la mobilité positive, le rail et les transports de nuit ont fait l’objet des premiers travaux parlementaires de la députée à Bruxelles et Strasbourg. Mais aussi sur le terrain puisque Marie-Pierre Vieu participera à un grand forum régional sur les transports à Montpellier en février prochain, et à une action autour des travailleurs détachés de la route à Sète et dans les Pyrénées-Orientales courant novembre.

La toute nouvelle députée européenne PCF – Front de Gauche a décidé d’être active durant les deux années de mandat qu’il reste avant les prochaines échéances électorales, pour faire entendre la voix des habitants au Parlement Européen.

Pyrénéesinfo à Tarbes, Eric BENTAHAR.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>